jeudi 19 mai 2016

Personnages célèbres : n'écorchez plus leurs noms !

« Il a vécu rue Châteaubriand, non loin du boulevard Clémenceau et de la cathédrale Saint-Rémi. » Et vous ? Auriez-vous bien écrit ces trois noms ?

Chateaubriand sans accent, faute fréquente
Pas d'accent sur le a de Chateaubriand.

Chateaubriand (1768-1848) : l’écrivain romantique

Non, la réforme voulue par Najat Vallaud-Belkacem n’est pas passée par là ! Si le a de château prend bien un accent circonflexe, le patronyme du célèbre auteur des Mémoires d’Outre-tombe, lui, n’en a pas (et n’en a jamais eu).
Ne confondez pas non plus Chateaubriand, l’écrivain et homme politique du XIXe siècle, avec Chateaubriant – l’un s'écrit avec un d, l’autre avec un t, c’est comme Dupond et Dupont –, prix Goncourt en 1911 avec son Monsieur des Lourdines et directeur d’un journal collaborationniste durant la seconde guerre mondiale.
Mais là non plus, pas d’accent sur le a, contrairement à cette ville de Loire-Atlantique qui s'appelle... Châteaubriant.

Saint Remi († v. 530) : celui qui baptisa Clovis

On le prononce, mais il ne s’écrit pas. Le nom de cet évêque de Reims s’orthographie sans accent.
D’autres évêques portèrent ensuite ce prénom (toujours sans accent), notamment Remi d’Auxerre (théologien des IXe et Xe siècles).
On écrit aussi Georges REMI, plus connu sous le nom de Hergé !
Au fil des dernières décennies, la plupart des communes placées sous le patronage de l’évêque de Reims ont fini par ajouter un accent à leur nom : Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône), Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines)…
Notons que les orthographes Rémi, Rémy, Remi ou Remy sont aujourd'hui toutes adoptées.
Mais lorsque l’on évoque le saint de Reims, c’est bien Remi qu’il faut continuer d'écrire.

Clemenceau sans accent, faute fréquente

Et pas d'accent sur le e de Clemenceau.

Georges Clemenceau (1841-1929) : le Tigre

Pas plus d’accent sur le e de Clemenceau que de cheveux sur les crânes de Kojak, Yul Brynner et Fabien Barthez réunis !
Bien entendu, le nom des établissements publics, des rues et lycées baptisés ainsi en l'honneur de l’ancien président du Conseil de la IIIe République… n’en ont pas davantage (d'accent).
Il en est de même pour le porte-avions Clemenceau, qui navigua de 1961 à 1997… Et aussi pour le cuirassé Clemenceau, mis sur cale en 1939 et bombardé dans la rade de Brest (en 1944) alors qu’il était encore inachevé.

Pour l’anecdote, on peut lire sur un timbre français de 1939 représentant ce cuirassé : « Clémenceau », avec un accent… et donc avec une faute.

À lire également : « -gable »… sans « u », comme Clark Gable.

Une formation en orthographe pour adultes à Brest, Rennes ou Paris ? Contactez Un monde sans fautes !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire